Bamba Bakary Jr.

 
Membre des Poètes de la Cité, qui suis-je ? un être qui bien souvent ne se sent pas à sa place sur cette planète de dingues où on ne cherche qu’à accumuler des biens matériels, et qui retrouve un peu de vérité et de profondeur dans l’écriture poétique. Mes leitmotivs :

« La vie est un bien perdu, quand on ne l’a pas vécu comme on l’aurait voulu » Eminescu.
« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
 » Antoine de Saint-Exupéry »Happiness only real when shared » du film “Into the Wild”

Ouvrages collectifs

  • Ensemble, Les Poètes de la Cité, 2014
  • Échappées poétiques des Poètes de la Cité, 2012, Lulu
  • Anthologie des Poètes de la Cité (1997-2007): Florilège genevois, paru aux éditions Slatkine en 2009

Ouvrages personnels

 

  • C’est toi que j’aime, Nouvelles Editions Ivoiriennes, collection ADORAS sous le pseudonyme Koimey.
  • T’aimer malgré tout, Nouvelles Editions Ivoiriennes, collection ADORAS sous le pseudonyme Koimey.
  • Régime juridique des Banques Centrales d’Afrique, Cas spécifiques de la BCEAO et de la BEAC, Bakary Junior Bamba, Editions universitaires européennes EUE, 2011.

Je suis poète

 
Je suis poète donc j’écris
Car par la plume je suis
Et par ce puissant instrument
S’écouleront de mes veines des vers de sang

Je suis poète donc je saigne
Car sur chaque centimètre de feuille
Je voudrais imprimer ma douleur
Et dire à ce monde combien pleure mon cœur

Je suis poète donc je pleure
Et je voudrais que mes pleures viennent grossir le torrent amer
De larmes des indignés qui hurlent leur colère
Je suis poète donc je cris

Je cris en lieux et place des démunis
Des sans plumes et des sans voix
Qui se font rire au nez par les rois
Je suis poète donc je ris

Et mon rire nerveux est ce qui me reste comme réponse au cynisme de ce monde
Je suis poète donc je fuis
Car poète, je n’en demeure pas moins un homme, un lâche qui comme les autres détourne son regard

Je suis poète donc j’écris
Car par la plume je suis
Et par ce puissant instrument
Je sublimerais mon impuissance en glaive justicier

Je suis poète

VIVRE

 
Vivre et ne pas seulement exister
Parce que l’hirondelle apporte le printemps
Parce qu’après la pluie, le beau temps
Parce qu’il faut toujours rester enfant.

Toujours vivre!
Parce que le bonheur est quotidien
Parce qu’aimer fait du bien
Parce que donner ne coûte rien

Encore vivre !
Parce que la fleur sent bon
Parce que le gâteau sur la langue fond
Parce que nous aimons cette chanson

Oh vivre !
Parce que la peine est passagère
Parce que la rancune est meurtrière
Parce que la vengeance est amère

Oui vivre !
Parce que le pardon soulage
Parce que le sourire chasse la rage
Parce qu’oublier demande du courage.

Umh vivre !
Parce que demain rimera avec liberté
Parce que bientôt émergera la vérité.
Parce que nous avons tous droit à la gaieté.

Enfin vivre !
Parce que chaque défaite nous assagie
Parce que chaque victoire nous grandit
Parce que ce combat nous affranchit.

Vivre et ne plus seulement subsister
Parce que la vie est éternelle
Parce que l’amour est immortel
Parce que la mort est un horizon irréel.