Anor Albert

 
Albert Anor, est né à Barcelone (Espagne) en 1955 signe du sagittaire, se veut un auteur dilettante et iconoclaste en poésie. Enseignant en arts visuels à Genève depuis plus de trois décennies. Adepte de « toute licence en art », ajoutant à cela que ledit Anor a pour références en matière de poésie André Breton, Antonin Artaud, Nazim Hikmet, Roque Dalton et bien d’autres, mais ne se reconnaît aucun ancêtre en matière de révolte, cela dresse un portait assez proche de son style déroutant, drolatique et inquiet. Sans doute inclassable…

Ouvrages collectifs

  • Anthologie Nuit de la poésie, Le miel de l’Ours, Genève 2005
  • Le Poisson fumée montre son nez, Cercle des Parfumeurs, Genève 2006
  • Florilège genevois – Les poètes de la Cité, Éditions Slatkine, Genève 2009,
  • Échappées poétiques –collectif- Les poètes de la Cité, Genève 2012
  • Ensemble, -collectif- Les poètes de la Cité, Genève 2014

Ouvrages personnels

  • Pièges à convictions, Éditions à la Carte, Sierre 2001
  • Le Chaos en devenir, Atelier vivant, Genève 2002
  • Éclats d’usure, Éditions l’Or du Temps, Villars-Burquin 2013
  • Pas Pressé, Editions l’Or du Temps, Villars-Burquin 2015

Commandes auprès de l’auteur : almadoanor@bluewin.ch

Combustion

 
il n’était plus lui
elle n’était pas celle qui lui avait dit oui

ils étaient doubles et n’étaient pas encore nous
inséparables ils ne formaient pas encore un tout
formes suspectes

ils étaient dans le centre décalé du rien
à la recherche d’un manque incommunicable et prégnant
certains d’échouer sur une plage inhospitalière
comme des cétacés égarés dans les courants hostiles

ils reviennent de là d’où ils sont partis
sans le savoir
pour se perdre dans les dédales d’une raison bridée
ils résistent à l’égarement auquel les condamne ce temps
pour plonger dans le langage des mots
faisant corps
pour sauvagement nager à contre courant
de la pensée rassurante
et se fondre dans un hors monde
où le désir les attire les attend
jusqu’à la dernière larme

ce sont les pétales de leur rêve qui nous nourrissent
en silence

Placebo

gestes de la main
en dehors du corps
expression directe de la mémoire
aveu
insaisissable énigme
solitude impuissante face à l’abîme
vertige de l’angoisse
état brisé
contraint
paralysé et irrésistible
réponse tourmentée
diffuse et fragmentée
temps amorphe hanté par l’absence
douleur
excès
confusion troublante
distorsions compulsives l’homme chassé de l’intérieur agit
sans cesse
en retard sur le désir
il faut compter sur ses propres rêves